mercredi 6 mai 2009

L'Aven Mazia -X- Le Cauchemar d’Ephyros (Partie 1)

[Le même matin, à Turon]

Doppel’Anger a passé la nuit dans l’une de ces auberges huppées de la capitale.
Quoi de plus normal pour un généreux homme d’éducation, que de se voir gratifié d’un allègement financier permanant par l’Assemblée des sages? Non, ce n’est pas tant cette forme de culture, d’intelligence ou d’amabilité, qui augure la réussite, mais davantage la ruse, l’opportunisme et l’empathie dévoyée. L’Astrée n’est pas un continent où la réussite se mesure au mérite, en tout cas, plus depuis trop longtemps, lorsque les tribus sont devenues des contés, les contés des régions, puis les régions des royaumes dictatoriaux. La gouverne unique catalogue et ne peut se soucier des importances individuelles. Mais le vieil homme a fait son chemin, et s’il a payé ses droits au privilège par les liens du sang, il n’en reste pas moins fidèle à ses propres principes.


Elision est un espoir, la rosée du premier printemps des hommes en Astrée depuis plus de trois mille ans, et cette chance, Doppel’Anger la ménagerait au prix de sa vie. A l’heure qu’il est, elle doit être arrivée à l’institut d’Elzine et il a confiance en ceux qui sont à ses côtés. Toutefois, son empressement à la rejoindre le tenaille, découvrir cette enfant qui pense la nuit, lui expliquer, la protéger de ceux qui sauraient ses capacités… Mais il doit, avant tout, rendre visite à un vieil ami, à qui il a demandé d’effectuer quelques recherches depuis la révélation d’Elision : Phénélome, délégué principal à la grande bibliothèque de Turon…

Doppel’Anger, toujours équipé de sa canne et de son sac en bandoulière, frappe à la porte cochère. La bâtisse est imposante, un peu à l’écart de l’agitation de la ville, et bientôt, le visage bouffi de son ami se dévoile. Il est de taille moyenne, un peu épais. Les traits de son visage affichent une certaine générosité et sa chevelure frisée, mais courte, y contribue. L’homme lève les bras au ciel et enlace vigoureusement Doppel’Anger :

« Mon ami ! Aussi récente ait été notre dernière rencontre… c’est toujours un plaisir ! »

Le vieil homme vacille sensiblement sous le poids de son ami et se rassure en plaçant une deuxième main sur sa canne. Il réplique aimablement, en affichant un sourire de circonstance :

« Fichtre ! Notre amitié fait son poids… » Puis à son tour, il fait une tape à l’épaule de son ami, en le voyant grimacer : « Mais que diable Phénélome… quel plaisir ! »

Il l’invite à entrer à l’intérieur, où un ample feu de cheminée éclaire et réchauffe la pièce, puis lui propose, enjoué :

« Tu vas goutter à mon nouvel Hydromel Doppel, tu vas m’en dire mille merveilles !!! ». Son ami quitte la pièce, sans attendre la réponse du vieil homme, qui, de toutes façons, est trop concentré à trouver un siège à sa convenance. Comblé, il pose sa canne à côté d’un canapé généreusement agrémenté de coussins, et retire sa sacoche pour se caler confortablement.

« Pour sûr ! Ton accueil est toujours irréprochable… » Il continue tout en tapotant l’accoudoir « Et puis… quoi de mieux qu’un siège de roi, pour un homme aussi affaiblit par l’âge que moi… ?». Un instant de silence s’écoule lorsque Phénémole revient avec deux tasses d’hydromel sur un plateau, ainsi que des livres. Tout en faisant le service, il répond à Doppel’Anger :

« Toi ?! Affaiblit par l’âge ? Fichu Doppel ! Tu devrais le savoir, n’est-ce pas ?... Qu’au bout de trente ans d’amitié, tu ne vas pas me duper…!! »

Phénémole s’installe à une chaise puis continue, amusé :

« Tes soixante ans passés de cinq…, combien les supportent à ta façon ? Et puis, je ne connais pas d’homme de ton âge, chevauchant une mule… attrapant les papillons à la main… expérimentant les plantes sans séquelle apparente… transcendant les foules d’adulation… Je vais m’arrêter là, mais si j’osai, je dirai que l’homme ridé que tu es, est plus fort que tous les bataillons de la royauté… »

Doppel’Anger sourit à la réplique de son ami, puis repose sa tasse après y avoir trempé les lèvres :

« Assurément mon ami, ton Hydromel mérite toutes les louanges ! Serait-ce un peu de cannelle ajou… »

A peine a-t’il achevé sa question que Phénémole bondit sur sa chaise, comme s’il avait attendu cet instant depuis l’arrivée de Doppel’Anger :

« Juste ! De la cannelle Doppel’, de la cannelle ! Tu m’étonneras toujours… »

5 commentaires:

Karine a dit…

Belle rencontre :o) Mais la suite, elle arrive? euh... vite?
Toujours un plaisir a lire!
Sans cannelle pour moi l'hydromel ;) Je sais.... j'y connais rien!

Mamie Accordéon a dit…

C'est quand que elle vient la fin, je voudrai bien savoir... Très belle histoire pleine de rencontres intéressantes. Beurk l'hydromel ;D

Lalwende a dit…

ah non moi je suis pas pressée que ça se finisse :D

Ah si l'hydromel, pourtant je suis pas très alcool j'aime bien, mais ça vient peut-être du miel ;)

La suite, la suite, la suite!!!

Renaud a dit…

Désolé Mamie Accordéon, mais on est bien loin de la fin... disons que nous sommes au début ^^
Bises

disa a dit…

AV,無碼,a片免費看,自拍貼圖,伊莉,微風論壇,成人聊天室,成人電影,成人文學,成人貼圖區,成人網站,一葉情貼圖片區,色情漫畫,言情小說,情色論壇,臺灣情色網,色情影片,色情,成人影城,080視訊聊天室,a片,A漫,h漫,麗的色遊戲,同志色教館,AV女優,SEX,咆哮小老鼠,85cc免費影片,正妹牆,ut聊天室,豆豆聊天室,聊天室,情色小說,aio,成人,微風成人,做愛,成人貼圖,18成人,嘟嘟成人網,aio交友愛情館,情色文學,色情小說,色情網站,情色,A片下載,嘟嘟情人色網,成人影片,成人圖片,成人文章,成人小說,成人漫畫,視訊聊天室,性愛,a片,AV女優,聊天室,情色