vendredi 29 août 2008

Mais toi!

Tu n’es pas de ces poupées Barbie
Vingt Cacharel en attirail
Jamais tu ne signeras de bail
Pour un palace dans le grand Paris
Tu préfères prendre le gouvernail
Pour ce que les autres nomment utopie

Mais toi t’as
Brûlé mes frontières
Etentu la carte de mon coeur
Changé ma misère
Enrichit mon ciel de couleurs

Tu n’es pas de ces mégères
A qui seule importe leur pissotière
Toi ma petite cuisinière
Ma pianiste aux quatre étoiles
Tu me fais Mi Ré ton capital
Fait de mots au sentimental

Mais toi t’as
Brûlé mes frontières
Etentu la carte de mon coeur
Changé ma misère
Enrichit mon ciel de couleurs

Et moi,
Encore une fois je m’autorise à rêver
Plus que la bienscéance ne le permet
Et pour toi,
Je veux me préserver
Pour toi qui me fait gravir des sommets
Avant même de t’avoir croisé
Je te veux à tout jamais

1 commentaire:

menfin a dit…

j'aime bien
il ne manque que la musique....