mardi 2 juin 2009

Mon bel avenir

-Papa, Tu sais, je pense souvent à mon paradis.
-Ha oui ? C’est bien mon fils, il faut penser au plus beau ! Et alors ? Il ressemble à quoi ton paradis ?
-Et bien… il ressemble beaucoup à la vie.
-Ha? Bien... Dis voir à papa !
-D’accord ! Alors je me promène souvent avec ma copine, main dans la main !
-Ton amoureuse ?
-Viiiiiiiiiiiiiiiiii ! Mais tu l’dis pas à môman hein ?
-Ha non ! Je te le promets !
-Et pis alors on avance le long du chemin, le long de gros arbres carrés vachement hauts et très durs! Ils sont drôles ceux-là ! Ils ont plein d’ouvertures mais n’ont pas de feuilles !
-Ha oui… ce sont les arbres de la ville !
-Oui, d’ailleurs, il n’y a que ça ! Mais ils sont vachement bien ! On peut rentrer dedans ! Ca sent bizarre dedans… là où il y a des flaques !
-Ha oui : La sève des arbres de ville ne sent pas toujours très bon…
-Et puis alors on quitte les arbres pour rejoindre les grands espaces. Y’a toujours quelque chose de gris noir qui flotte ! On dirait de la mousse de l’air, mais ça sent pas très bon non plus!
-Ha !!!! La brume matinale, elle pète pour réveiller le soleil !
-Ha D’accord ! Et y’a tout plein de brindilles noires au sol, c’est amusant… quand on les prend dans les mains, ça s’effrite !
-Ha oui, c’est l’herbe du nord : lorsqu’elle prend le soleil, elle noircit, puis lorsqu’elle gèle, elle est craquante !
-Et donc on s’approche de l’eau ! Elle est toujours rouge, c’est vachement joli !
-Oui. Ce sont les rivières, lorsqu’elles tombent amoureuses du soleil, elles rougissent !
-Alors on s’assoie avec ma copine au bord de l’eau, parce que c’est vachement joli, mais c’est bizarre, le soleil, on le voit pas…
-Oui, c’est parce que la brume ne pète pas assez fort !
-D’accord ! Et moi, si je pète, je pourrai voir le soleil ?
-Il faut y croire mon fils… il faut y croire… Et ta copine, elle est toujours à tes côtés ?
-Ha non, mais elle m’a dit que je n’avais rien à me reprocher… Et toi papa, pourquoi tu me réponds alors que tu es sous une grosse pierre carrée ?
-Parce que tu as de l’espoir mon fils. C’est ce que tu as de plus cher…

4 commentaires:

Léo a dit…

"Juste" trop bien chou...
:*

Karine a dit…

Tellement vrai dans un sens extreme... Le style est superbe comme d'hab'; le choc visuel est la :)
bisous

Lalwende a dit…

Moi j'aime bien et puis cette phrase: "Ce sont les rivières, lorsqu’elles tombent amoureuses du soleil, elles rougissent !"
Je la garde celle-ci ;)

Renaud a dit…

Merci à vous mes demoiselles!!!!