dimanche 31 août 2008

Deuxième jour (2/7)

Petite crise d'Asthme à 8h10 du matin. 'tain, elle tombe bien celle là! Je crois que Thomas tout comme moi, on n'y croyait pas trop (lui aussi avait ses grammes...) et finalement, je le retrouve à 8h25, la chance^^. On file vers la voiture pour la surprise du matin: si les parking sont libres, ce n'est pas un hasard!!! Ma roue était cadenassée avec le gros auto-collant A4 sur la vitre signifiant que j'avais omis de payer le stationnement, forcément^^. Donc si vous voulez faire du "free parking" à Dublin, apprenez que vous aurez ça: ...et une modeste amende 80 euros. Bah ça ne fait que 180 euros d'imprévus en 12h!!! Grrr. Heureusement, on a pu compter sur l'intervention d'une irlandaise pour appeler le service, afin d'enlever la bride de la roue. M'enfin, ça y'est on peut partir, direction l'Irlande du nord! J'avais un peu la gueule de bois, et j'ai bassiné Thomas pour avoir de l'eau. Finalement, on s'arrête deux heures après à Dundalk pour un Irish breakfeast... Quel traumatisme quand on ne veut que de l'eau d'avoir à digérer la tradition alimentaire du matin, mais bon, fallait bien s'alimenter! ---Le joli pub traditionnel de Dundalk--- ---Le traumatisme alimentaire matinal--- Un oeuf au plat, trois tranches de bacon, deux saucisses, des faillots avec une sauce sucrée, pudding blanc et noir des champignons (5 tranches, faut pas déconner non plus^^) et LE bout de tomate! Une note quand même pour le thé qui n'a rien à envier à la concurrence. Je n'avais jamais considéré d'y additionné du lait, mais ça passe très bien en fin de compte. Et bien sûr, j'ai eu mon grand verre d'eau avec des glaçons!!! OUFFFF. C'est bon, on peut repartir! On reprend donc la voiture pour longer la côte nord-est. Pour ce qui est du passage frontière, il semble bien être inexistant... Après une petite frayeur que j'ai fais à Thomas en frôlant un fossé, on découvre doucement les merveilles que j'attendais tant (et ce n'était en fait rien par rapport au reste.) Vraiment magnifique! J'ai du faire une centaine de photos ici et là, si bien que je l'ai amerement regretté pour les Giants Causway... Mais avant celà, il serai regrettable de parler de l'Irlande sans évoquer ses moutons! Surprenant que de faire des kilomètres sans réelle forme de civilisation et de se trouver soudainement confronté à une meute d'ovins fabuleux!!! J'aaaaadooooore!!!


Notez que je parle de chèvres dans le film... c'est dire à quel point le traumatisme fut grand!!!! Bref, c'est là monnaie courante que de se retrouver dans ce contexte. Donc, nous partons en direction des marches de géants, ces blocs exagonaux et surnaturels qui emmergent du sol en bord de mer; produits des mouvements géologiques et volcaniques. C'est réellement impressionnant. On pourrait croire une ville de liliputiens avec ses grattes-ciel^^
Mais voilà, je parlais d'amère déception: A la première photo que j'ai voulu faire, ma batterie est tombée en rade. Quoi qu'il en soit, il faut le vivre et aucune photo n'aurait pu relater de la puissance de ces instants. A défaut d'en faire étalage, voici les paysages qui se présentaient justent avant: du pure bonheur!






Enfin, on repart direction LondonDerry assez tardivement, si bien que toutes les auberges ou autres hostels sont saturés. On est obligés de se rabattre sur un hotel relativement cher. La ville est surprenante: un potentiel énorme, mais peu de gens et énormément de batîments à vendre et à louer. A supposer que la ville du Sunday bloody sunday repart, mais repart doucement.
Ce soir, ce ne sera que trois pintes!!! Grosse fatigue^^

Aucun commentaire: