vendredi 29 août 2008

Fred

Oué Fred, encore un air à la mode de chez moi
Une chanson pour toi mais pas sans ton aide, Fred
Je mets la patte dans la boîte à souvenir parce que je ne crois pas que sans toi
J’aurai foulé l’asphalte en rêveur, non, j’aurai été un peu raide

A huit ans, plan foireux pour piquer les billes à Mounir
Une collection de prince pour nous les voleurs à la tire
Oh, rien de bien méchant, deux trois bigarreaux en souvenir

A neuf ans, on a retracé l’Auxois à dos de mogocyclettes
Brisé nos apparences dans des mirroirs obsolètes
Et muté en cromagnons pour changer de siècle

Allez Fred, encore un p’tit délire qui n’amuse que nous
Les autres on en a rien à faire, leur monde n’intéresse qu’eux
Eux qui nous prennent pour des fous, nous on a touché les cieux
Allez Fred, on compte jusqu’à un et on ferme les yeux
Hein?

A dix ans, on a troqué notre vie de manouche pour la chevalerie
Toi t’avais une belle corres’ et moi j’ai été maudit
Mais je m’en fiche, on m’a fait page et toi mis au pli

A treize ans, on a trempé le pantalon pour des poissons chat
Hop, dans la bassine en métal, cinquante degrés plein cagna
Un peu grillés mais au moins on sait qu’on ne fera pas de guerilla

Allez Fred, encore un p’tit délire qui n’amuse que nous
Les autres on en a rien à faire, leur monde n’intéresse qu’eux
Eux qui nous prennent pour des fous, nous on a touché les cieux
Allez Fred, on compte sur nous jusqu’à deux
L’un de nous?

A quinze ans, on aguichait les demoiselles des Mines
Un peu héros pour l’occasion, elles rigolaient à nos rimes
Mais on ne faisaient pas les beaux gosses, non, on aimait pas la frime

A trente ans, on est toujours là toi et moi
Tu m’as offert la plus belle aventure qui soit
Je t’assure, on est pas prêt de quitter notre chemin de croix

Allez Fred, encore un p’tit délire qui n’amuse que nous
Les autres on en a rien à faire, leur monde n’intéresse qu’eux
Eux qui nous prennent pour des fous, nous on a touché les cieux
Allez Fred, on compte jusqu’à cent si on peut
Un deux trois quatre cinq six sept...cent

Aucun commentaire: