dimanche 31 août 2008

Quatrième jour (4/7)

Je me réveille de nouveau après une soirée un peu arrosée (5 pintes ><). Moi qui ai une sainte horreur des night club, je suis quand même allé y faire un tour pour voir ce que ça disait. Il faut le savoir: n'allez pas en Irlande pour faire les boîtes! Le public reste composé de beaucoup de pétasses et de bofs en quête de la nuit torride, et la disctinction graphique et décorative est inexistante avec celle de la France. M'enfin, chacun son truc^^. Donc réveil et devinez: Irish breakfeast ><.
Je m'étais promi d'aller voir Karine, copine de Digiscrap, mais j'avais tout naturellement paumé l'adresse. Heureusement, ma p'tite Myo était sur msn et j'ai pu la localiser. Le temps de constater que j'étais passé par sa ville la veille, 200 km plus tôt alors que je pensais qu'elle habitait Shannon (à côté de Galway). On comprend alors un peu mieux le retour vers le nord^^.

Quoi qu'il en soit, je devais d'abord retrouver Thomas pour faire les îles d'Aran. Rendez vous à 9h30 à la voiture. Comme je voulais être réveillé à l'heure, je n'ai pas pris de ventoline la veille et je me réveille sur le coup des 6h30 (4 heures de sommeil) Trois heures pour visiter un peu Galway:








Enfin, on part direction les îles d'Aran. Une vraie merveille faite de basses murailles de pierres servant à délimiter des parcelles de terrain. Ces constructions auraient eu lieu suite à la grande famine (maladie des patates entre autres). Le gouvernement britanique aurait payé les populations une bouchée de pain pour qu'ils construisent ces murs pour leur survie. Quoi qu'il en soit, environ le tiers des populations de l'Irlande aurait été décimé (de 8M à 5.5M). Si le labeur fut sans aucun doute terrible, le résultat est magique et la mémoire des pauvres gens conservée:







Nous avons fait la promenade à vélo, une trentaine de kilomètres. De quoi purger les pintes et recracher les cigarettes. Enfin, retour sur les terres:




C'est là que je laisse Thomas. Lui, bien décidé à se reposer et moi bien décidé à ne plus dormir pour profiter à fond. Ce fut quoi qu'il en soit une rencontre gratifiante et il fait toujours plaisir de rencontrer des types biens (ça se raréfie). Je continue donc seul ma route vers Clifden, pour cotoyer le Connemara. On comprend de suite pourquoi on en entend beaucoup parler. Je crois que ce fut l'un des moments les plus fort de ma vie... bah oui, il m'en faut peut-être pas beaucoup, mais la solitude dans l'immensité verdoyante n'a pas son égal. C'est sans aucun doute aussi dans le Connemara que je me suis le plus perdu, mais là, on est content de ne plus retrouver sa route^^






Bref, l'immensité et la beauté du Connemara est sans égal ou peut-être la "Sky Road" que j'ai fait le lendemain. Après m'être perdu, avoir retrouvé mon chemin et m'être perdu de nouveau, je tombe sur Clifden. J'avouerai que je ne ferai pas des éloges sur le village en lui même tant la place centrale était dégueulasse. Des ordures à chaque pas, ça m'a un peu écoeuré et remis les pieds sur terres, mais bon, j'ai passé une bonne nuit dans un hotel pas cher et fait un pub où j'ai retrouvé un groupe traditionnel, c'était génial!

Aucun commentaire: