lundi 6 avril 2009

L’Aven Mazia -VI- Le Convoi

[Vers le camp des Thaumaturges]

Elision et son soit disant père ont été guidés, à bout de lances, hors du tribunal, et jetés sans ménagement dans un chariot dédié aux malades de la phtisie, lépreux et autres sujets handicapés : la royauté ne faisant guère de différences entre les diverses marginalités du système. Deux cavaliers de la garde ont prit à leur charge l’escorte de l’engin, qui s’est alors mis en route sous l’ordre du cocher.

L’enfant, plus que jamais, se sent abandonnée et perdue. Elle se cale au fond de cet espace clos, à côté de l’homme qui gît à même le sol, presque inconscient. Son attention dérive alors vers cette autre personne qui est déjà dans le chariot lorsqu’ils l’intégrent : Une femme rousse, d’une trentaine d’années, dont les traits ne font aucunement penser à une malade. Seule la toge, marron et miteuse qu’elle porte, se prête à ce statu. « Etrange » pense l’enfant.
Celle-ci la dévisage comme pour la sonder, la juger. Elision détourne son attention, gênée…

Elle regarde ses mains frêles, son estomac réclame le peu dont elle a besoin pour tenir éveillée. Ses paupières se font lourdes, puis doucement, elle sombre dans le sommeil, bercée par le claquement assourdissant des roues et le martellement des fers des chevaux sur les pavés. Le noir se mélange, offre une couleur inconnue de la conscience et déverse son flot d’incompréhensions, d’aberrations et de risible.

Elision ne sait pas combien de temps s’est écoulé lorsqu’elle ouvre un œil. Le chariot s’est arrêté à la demande de l’un des gardes. Curieuse, elle tourne le dos aux deux autres passagers pour regarder par les interstices des lattes de bois. Elle connaît bien cette place, pour y avoir volé quelques marchands afin de pourvoir à sa survie : la grande place de Turon. Elle est étrangement silencieuse et un attroupement massif s’est formé autour d’un vieil homme, portant une sacoche en bandoulière et tenant une canne à la main.

Elle parvient à capter avec difficulté la conversation entre lui et les deux gardes qui composent leur escorte. Il semble se jouer d’eux, les provoquer, lorsque soudain, elle entend derrière elle la voix de la femme:


« Vas-y Olaf, c’est le moment ! »

Elle a soufflé la consigne au cocher et les roues de l’engin se mettent à tourner, doucement, sous l’impulsion des chevaux de traie. La femme se retourne alors et se faufile vers l’arrière du chariot, afin de veiller à ce que la fuite ne soit pas remarquée par les cavaliers du roi. Le convoi dérive dans les artères de la ville puis s’enfonce dans les bas-quartiers de Turon. La femme retire sa capuche et pousse, du bout des pieds, l’homme allongé au sol.

« Allez Midow, tu vas t’en remettre ! Le vieil homme a dit que t’en mourrais pas »

L’homme balbutie des mots en guise de réponse, sans qu’ils ne soient compréhensibles. Amusée, la femme s’approche ensuite d’Elision et se met accroupie pour être à sa hauteur. Elle ajoute un sourire rassurant à sa question :

« Tu es Elision… n’est-ce pas ? »

L’enfant a un mouvement de recul lorsque la femme s’approche d’elle. Non pas qu’elle soit effrayante, bien au contraire : elle est l’une des plus belle femmes qui lui ait adressé la parole à ce jour. Un regard sévère mais rassurant, des traits mêlés de générosité et de sincérité. C’est davantage cette situation inexplicable et cette amabilité soudaine qui la font hésiter. Elision n’est pas coutumière des attentions, et en réponse à la question, elle ne peut répondre que par un hochement de tête.

« Je m’appelle Merry-Di » Continue la femme. Puis en indiquant à tour de rôle le cocher et l’homme gisant au sol : « Le cocher, c’est Olaf, et lui, Midow »

Elision avale les informations sans vraiment les retenir, mais une question, plus que toutes celles qui lui traversent l’esprit, la tenaille. Elle hésite, puis lance hasardeusement :

« … Mon père… ?... »

Merry gênée par la question, observe Midow, qui semble lentement recouvrer ses esprits. Ils s’échangent un regard qui en dit long, et Elision comprend doucement la supercherie. Un certain malaise s’installe lorsque la voix rude et rauque d'Olaf, le cocher, rompt volontairement le silence :

« On sort d’Turon »

1 commentaire:

Lalwende a dit…

Hé ben voilà! :) Suffisait d'attendre un peu, mais ça commençait à faire long quand même :P

Bon bé la suite? :))))

Bisous!